Archives

« Apprendre des peuples racines »

Voici un petit texte de Roland Gérard lu dans le « Guide Pratique d’Éducation à l’Environnement: entre humanisme et écologie » du Réseau École et Nature. Son point de vue rejoint de très près celui de l’association!

« Depuis le tout début des notre action collective, une frange d’acteurs du Réseau École et Nature regarde vers le Sud… En fait, elle ne se contente pas de regarder, elle agit. C’est Thérèse Gernigon qui enseigne en Algérie et fait vivre des clubs. C’est Philippe Rabatel qui depuis Planet’ERE III en 2005, est en lien avec Alphonse, instituteur au Burkina. (…) Je leur ai demandé « pourquoi travailles-tu avec le Sud ? » Les réponses sont simples, évidentes. « C’est pour la richesse des rencontres et des échanges. » « La différence de culture renforce le plaisir de la rencontre, ce n’est pas parce que c’est mieux là-bas, c’est parce que c’est différent. » « Pour que mes élèves puissent construire une relation au monde, une ouverture vers d’autres cultures. Pour leur faire percevoir des modes de vies très différents, des préoccupations différentes, des réalités différentes« . (…) « C’est découvrir d’autres façons d’être au monde, de penser la relation à l’autre, de penser l’éducation. » C’est peut être en définitive très simple, on aime le Sud parce qu’on aime les richesses! Ce ne sont plus les richesses matérielles qui attiraient ceux de la colonisation: or, hommes pour en faire des esclaves, bois, ivoire et matières premières… mais les richesses culturelles vers lesquelles on regarde aujourd’hui. Il y a d’autres raisons de cet engagement des éducateurs à l’environnement, c’est la quête d’humanité, c’est la volonté de concrétiser son désir de solidarité et de fraternité. »

 

P1420050

Pendant le petit déjeuner (la salle à manger a vu sur le jardin!), ici des tortillas de mais baigné dans une purée de haricot noir avec crème et fromage frais! le tout accompagné du boisson « horchata » une sorte de lait de riz

DSC04264(1)

Les petits jardiniers Français, à l’action avant d’aller déjeuner!

 

Financement participatif du projet

Financement participatif du projet

Bien que le budget déjà acquis nous permet de finir le projet, une petite aide en plus permettra de l’améliorer (plus d’activités avec les élèves, davantage de signalisation, etc.)

Cliquer sur le lien pour entrer sur la page du projet sur le site Hello Asso, « une plateforme web de collecte de fonds dédiée aux associations ».

Merci pour votre participation!

Le projet « Du jardin à la cantine: ici et ailleurs »

                   1

                    Le jardinage, un loisir pour certains, une nécessité pour d’autres, est pratiqué depuis des milliers d’années sur presque toute la planète. A l’échelle familiale, il permet de produire un pourcentage plus ou moins important de plantes (et d’animaux) utiles pour l’alimentation, la santé et le bien-être de la famille. Aujourd’hui, de plus en plus d’écoles créent un jardin scolaire, il faillit même être obligatoire en France comme le montre l’article 72 de l’arrêté du 17 juin 1880 : « Un jardin clos, d’une étendue minimum de 300 mètres, sera annexé à toutes les écoles rurales ».

Dans plusieurs pays où la faim existe encore, le jardin scolaire est un moyen de combattre l’insécurité alimentaire (souvent utilisé par la FAO) ; tandis que dans d’autres, où l’obésité est devenue un problème de santé publique, le jardin scolaire procure un outil efficace pour sensibiliser les enfants à une alimentation saine. Certains pays, comme le Mexique, réunissent les deux problématiques. Le jardin, en tant que milieu biologique est également un support très convaincant pour promouvoir la protection de la biodiversité sauvage et cultivée. De plus, il offre une source quasi inépuisable de supports pédagogiques (eg. Mathématiques, Arts Plastiques, Biologie, Ecologie, Géographie, Musique…).

             Les objectifs du projet « Du jardin à la cantine: ici et ailleurs » sont de :

       – réaliser un jardin scolaire dans une école primaire au Mexique et en France ;

 – créer des échanges interculturels entre les enfants français et mexicains.

                        A travers ce projet, l’association souhaite convaincre les enfants de l’importance et de l’efficacité du jardin et de l’agriculture biologique pour leur alimentation ainsi que pour le respect de l’environnement. De plus, de par son action internationale, elle espère permettre aux élèves la découverte d’une nouvelle culture, tout en permettant de valoriser et partager la leur.

En France

             L’école  se trouve à Saint Agnant, petite commune de 2500 habitants située à 20 min de Rochefort. Elle a été choisie pour le projet car la maîtresse de CM2 s’est montrée très motivée et de plus elle avait déjà pratiqué un peu de jardinage scolaire.

IMGP8517

Des pneus seront installés et utilisés comme jardinières pour cultiver des plantes à fleurs

Jardinière de l'année précédente

Jardinière de l’année précédente

                     Pendant l’année, les élèves français et mexicains échangeront des dessins (envoyés par courriers) et des reportages photographiques (par internet).  De plus,  lors de mon retour du Mexique (mi juin), j’organiserais un atelier de cuisine mexicaine avec les élèves de Saint Agnant. Une exposition photos sera également exhibée dans plusieurs lieux culturels de Rochefort (écoles, médiathèques, etc.)

Au Mexique

tapachula

L’école primaire mexicaine se trouve dans la ville de Tapachula (à 30 min. de la frontière avec le Guatemala, 150 000 habitants). Elle a était choisie du fait que s’est une école publique (un article sera prochainement consacré au système éducatif mexicain), de sa grande superficie et de la motivation de la direction de l’école.

aerienne

Vue aérienne de l’école primaire « Teofilo Acebo »

Chaque classe aura sa jardinière (1.50  m * 3 m)

Chaque classe aura sa jardinière (1.50 m * 3 m), terrain situé à l’entrée et devant la cantine

Financement du projet

                       Le projet se veut peu gourmand en argent (mais riche en fruits et légumes…), car l’idée est d’enseigner aux enfants comment utiliser les ressources que l’ont dispose déjà (par exemple par le recyclage) et l’importance des échanges (graines, savoirs, outils, etc.).  Billet d’avion France-Mexique, logement, nourriture, etc, sont pris à ma charge, je devais dans tous les cas me rendre au Mexique pour un stage professionnel financier par la région Poitou-Charente.  L’argent va donc être utilisé pour:

  •  acheter du matériel pédagogique
  • quelques outils de jardinage
  • le nécessaire pour organiser des ateliers de cuisine traditionnelle mexicaine avec les élèves mexicains (depuis plusieurs années, cette dernière est de plus en plus concurrencée par l’alimentation « occidentale moderne » (surtout Américaine))
  • financer une sortie scolaire (potager du Roy pour ceux de Saint Agnant, jardin botanique régional pour les mexicains)
  • imprimer le livret de recettes écrites par les élèves ainsi qu’une châtre du jardinage « écolo »
  • signalisation du jardin (affiches, étiquettes, etc…)
  • envoi du courrier

Les partenaires financiers sont dans l’ordre décroissant: Bourse Projets Jeunes de Charente Maritime, le groupe Léa Nature/Jardin Bio à travers le club 1% pour la planète, et le Fond Local d’Aides aux Initiatives des Jeunes. Ils permettent de financier presque 80 % du projet! Peut être que les jeunes souffrent plus du chômage que leurs parents, mais aujourd’hui il existe de plus en plus d’opportunités pour réaliser nos projets! (ce qui est loin d’être le cas au Mexique). Il reste donc 20 % à acquérir, ce qui va se faire à travers l’autofinancement (ventes de plants par exemple) et par l’incontournable Crowdfunding (financement participatif via internet).  Dans quelques semaines, le projet sera proposé sur le site kisskissbankbank, ne vous inquiétez pas, la somme totale n’excède pas 350 euros, ce qui est bien peu par rapport à d’autres projets proposer sur le site.

Ils parlent du projet

SOLIDAROCHELLE, le bulletin de liaison des Associations Rochelaises de Solidarité Internationale. La page de couverture est une photo du jardin au Mexique! et l’article est en page 6.

TOUTSURMONADO: un blog très intéressant pour les parents ou non parents d’ado!!

Pour ceux qui comprennent l’espagnol:

– un article dans un journal local: http://entiemporealmx.com/?p=182240

– une vidéo parue sur plusieurs chaînes de TV: http://www.youtube.com/watch?v=0N7Stqq5Km8