Archive | mars 2014

Construction des jardinières

IMGP0643

Les 12 jardinières

Et voilà depuis 2 semaines,  chaque classe (12) a  construit sa jardinière de 1 m * 6 m avec l’aide et la motivation de quelques parents. Différents matériaux ont été utilisés: brique, bambou, bouteille en plastique et bois. Bon j’étais pas très enthousiaste à l’idée d’utiliser les bouteilles en plastique, surtout que la plupart ont été rempli de sable (le sable devient rare aussi), mais bon c’est une manière de ré utiliser le plastique… Le compost n’étant pas encore près, on a seulement utilisé la terre de l’école (qui est plutôt fertile! on a même trouvé dans certains endroits, de la cendre volcanique (La ville de Tapachula se trouve presque au pied  du volcan « El Tacana »)).

IMGP0458

Vous remarquerez que c’est surtout les mamans… ici les élèves terminent à 13H et dans de nombreuses familles encore, seulement le mari travaille…

IMGP0387

Un samedi après midi à poser des briques!

IMGP0300

en pleine préparation de la jardinière, fertilisant le sol avec des coquilles d’œufs!

IMGP0559

ils aiment se défouler

IMGP0471

cendre volcanique en blanc (ici certains l’utilisent pour laver la vaisselle)

 

IMGP0461

Un peu d’esthétique ne fera pas de mal

 

IMGP0641

Un des panneaux pour signaler à quel groupe appartient la jardinière (ils ne vont pas semer de carottes… trop chaud et pas très régional)

IMGP0529

entrain d’arroser les premières plantes (on va pas non plus planter de poires…)

 

Dans le prochain article, vous pourrez découvrir les premières plantes !

Des oignons de l’île d’Oléron au Chiapas!

Au début j’étais un peu réticente à l’idée d’offrir des graines de France à un agriculteur mexicain, mais bon de toute manière l’oignon ne vient pas du Mexique (il semblerait venir du Sud Ouest Asiatique) et l’agriculteur (il s’appelle Adan) a déjà cultivé de l’oignon et il lui manquait des graines! Adan est producteur de café et également maraîcher! Il cultive tomates, oignons, carottes, coriandre, radis et autres petites plantes de la région. Il vend 3 fois par semaine au marché bio de Tapachula, qui se trouve à presque une heure de route chez lui. Depuis un an, une maladie attaque le café (un champignon), sa production est devenue très basse;  il dépense alors beaucoup d’énergie et de motivation pour cultiver des légumes. Le climat est tropical humide mais relativement tempérée (10 a 26 °C) car le village se trouve à 1244 m d’altitude! Le village (il s’appelle « El Aguila » (l’aigle) ) dépend économiquement en grande partie de la production du café, ensuite ils arrondissent les fins de mois avec la vente du miel ou de plantes ornementales. Il faut signaler que comme dans beaucoup de villages mexicains, certaines familles vivent en partie grâce à l’argent envoyé le plus fréquemment par le mari qui travaille aux Etats-Unis pendant quelques années (ce fut le cas de Adan qui a travaillé plusieurs années là bas dans des champs de tomates!).

IMGP0261

Les plants de tomates, observez la belle vue prise depuis sa maison

Mais attention ce n’est pas n’importe quel oignon que j’ai ramené! c’est l’oignon de Saint Turjan (autre nom du village de Saint Trojan), une variété locale de l’Ile d’Oléron sauvé de la disparition par l’association « L’oignon de Saint Turjan » . Il s’agit d’un oignon rouge qui était dans le temps commercialisé dans plusieurs villes voisines sur le continent. Il aime le sable, certains l’appellent même « rosé des sables »! alors avec Adan on a ajouté une bonne quantité de sable (sable de rivière…) à la bonne terre et au compost.

Si vous voulez plus d’info sur ce délicieux oignon:

http://www.sudouest.fr/2013/11/07/bientot-un-label-pour-l-oignon-de-saint-turjan-1222295-1584.php

IMGP0263

Les plants d’oignons largement prêts pour le transfert en terre

IMGP0265

encore plus ready ceux là

 

IMGP0269

Mise en terre par Adan

IMGP0271

dans leur nouveau « lit » avec une belle vuE

 

Avant la fin du mois je retournerais voir les petits oignons qui j’espère seront en forme! Adan a beaucoup d’espoir, il n’avait jamais cultivé d’oignon rouge, et ici il coûte 2 à 3 fois plus cher que le blanc!

Financement participatif du projet

Financement participatif du projet

Bien que le budget déjà acquis nous permet de finir le projet, une petite aide en plus permettra de l’améliorer (plus d’activités avec les élèves, davantage de signalisation, etc.)

Cliquer sur le lien pour entrer sur la page du projet sur le site Hello Asso, « une plateforme web de collecte de fonds dédiée aux associations ».

Merci pour votre participation!